Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 03:46

 

 Le ministère prophétique

par T. Austin Sparks


le Façonnement du Ministère -


Le ministère prophétique n’est pas quelque chose qui vient avec le temps, mais quelque chose d’éternelle. Il est issu de conseils éternels.


Peut-être vous demandez-vous ce que cela signifie. Eh bien, souvenons-nous que, sans aucune explication ni définition, quelque chose arrive dès le début et prend place dans l’économie de Dieu, en impliquant cette fonction même. Quand Adam a péché et a été expulsé du jardin, la Parole dit simplement, « Dieu mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins … pour garder le chemin de l’arbre de la vie » (Genèse 3:24).


Qui ou que sont les chérubins? D’où viennent-ils? Nous n’avons rien entendu à leur sujet auparavant; aucune explication n’avait encore été donnée à leur sujet. Il s’agit là simplement d’une déclaration. Dieu les a mis là pour garder le chemin de l’arbre de vie. Ils sont devenus les gardiens de la vie, pour maintenir les choses en accord avec la pensée de Dieu. Parce que  les pensées du cœur de l’homme se sont éloignées des pensées de Dieu et sont devenues mauvaises, tout a été gâché, et maintenant les gardiens de la pensée divine portant sur les choses les importantes pour l’homme – la vie divine, la vie incréée – les Chérubins, gardiens de toutes ces choses, sont placés là en cet endroit.


Mais plus tard, il nous est donné de comprendre ce que sont les chérubins : cette représentation symbolique composite présente un aspect quadruple – le lion, le bœuf, l’homme et l’aigle, et il nous est donné de comprendre très clairement que le trait dominant est l’homme. Il s’agit d’un homme, vraiment, avec trois autres aspects, ceux du lion, du bœuf et l’aigle. Le lion est un symbole de la royauté ou de la domination, le bœuf, de service et de sacrifice, l’aigle, de la gloire céleste et de mystère. Mais L’homme, l’aspect prédominant des Chérubins – qu’est-ce que c’est?


Nous savons que dans les Écritures l’homme tient la place de prophète- le représentant de Dieu-  dans l’ordre divin des choses. La représentation des pensées de Dieu est un homme Telle était l’intention de la création d’Adam à l’image et à la ressemblance de Dieu -. D’être l’incarnation personnelle et l’expression de toutes les pensées de Dieu. C’est ce pour quoi l’homme a été créé. C’est ce que nous trouvons dans l’homme, l’homme qui était Dieu manifesté dans la chair. Il était l’expression parfaite de toutes les pensées de Dieu.


D’où vient ce symbolisme des Chérubins ? Il a simplement été introduit. Il vient de l’éternité. Il s’agit d’une  pensée divine éternelle, et il a pour rôle de garder les choses pour Dieu. Ainsi, cet homme – et nous savons que cette expression «le Fils de l’homme» – est particulièrement liée à la fonction prophétique, et la fonction prophétique est une chose éternelle. Il est dans sa nature même, la représentation des pensées divines, et il est de tenir les pensées de Dieu dans la pureté et dans toute leur plénitude. C’est l’idée liée à l’homme, le prophète, et c’est la nature de la fonction prophétique.


IDENTITÉ DU PROPHÈTE AVEC SON MESSAGE

—————————————-

Mais qu’est-ce que cela intègre ? Ici, nous arrivons au point le plus important de l’ensemble. Il s’agit l’identification absolue du vase avec le ministère du vase. Le ministère prophétique n’est pas quelque chose que vous pouvez prendre ou obtenir. C’est quelque chose que vous êtes. Aucune école ne peut faire de vous un prophète. Samuel a institué les écoles de prophètes. Elles étaient utilisées à deux fins – l’une, la diffusion de la connaissance religieuse, et l’autre, la rédaction des chroniques de l’histoire religieuse. A l’époque de Samuel, il n’y avait pas de visions ouvertes, les gens avaient perdu la Parole de Dieu. Ils ont dû apprendre à nouveau la Parole de Dieu, et les chroniques des voies de Dieu devaient être rédigées et enregistrées pour les générations futures, et les écoles de prophètes ont été mises en place pour l’essentiel à cette fin. Mais il y a une grande différence entre ces universitaires ou « prophètes académiques » et la vie véritable des prophètes oints. Les prophètes académiques sont devenus membres d’une profession qui a rapidement dégénéré en quelque chose d’indigne. Tous les faux prophètes étaient venus d’écoles de prophètes, et étaient acceptés publiquement pour ce motif. Ils étaient allés à l’université et avaient été acceptés. Mais ils étaient des faux prophètes. Aller à une école biblique ne fait pas de vous un prophète de Dieu.


Je veux insister sur ceci – l’identité du vase avec son ministère est le cœur même de la pensée divine. Un homme est appelé à représenter les pensées de Dieu, mais pour les représenter au travers de ce qu’il est, et non pas dans quelque chose qu’il prend comme une forme ou une ligne de ministère, ni dans quelque chose  qu’il fait. Le vase lui-même est le ministère et vous ne pouvez pas séparer les deux.


LA NÉCESSITE D’ÊTRE Vidé

—————————–

Voilà qui explique tout dans la vie des grands prophètes. Cela explique la vie de Moïse, le prophète que le Seigneur Dieu a suscité d’entre ses frères (Deut. 18:15,18). Moïse essaya d’entrer dans  l’œuvre de sa vie. Il était un homme de capacités énormes, « instruit dans toute la sagesse des Égyptiens» (Actes 7:22), avec des dons et de grandes qualités naturelles, puis il a eu en quelque sorte une certaine conception d’une vie consacrée à œuvrer pour Dieu. C’était une vraie conception, une bonne idée, il a été très honnête, ses motivations n’étaient pas mauvaises, mais il a essayé d’entrer dans ce travail sur la base de ce qu’il était « naturellement », avec ses propre capacités, compétences et zèle, et c’est cette base qui a généré la catastrophe.


Peu se laissent façonner comme des prophètes; aussi, peu sont en mesure d’exercer véritablement la fonction prophétique. Moïse doit aller dans le désert pendant quarante ans et être vidé, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien en lui qui puisse être une base sur laquelle il peut avoir confiance pour faire le travail de Dieu ou exécuter la commission divine. Il était par nature un homme «puissant en paroles et en œuvres»; et pourtant il a fini par dire, «je ne suis pas éloquent … J’ai la bouche et la langue embarrassées … « (Exode 4:10). Il y a eu un énorme émondage de toutes ses ressources et facultés naturelles, et je ne pense pas que Moïse était simplement désagréable dans sa réponse à Dieu. Il n’a en effet pas dit : «Tu ne me permets pas de le faire, donc je ne le ferai pas maintenant ». Je pense qu’il était un homme qui était sous la discipline divine et qui avait par conséquent dépassé ce stade. Un homme désagréable et qui est devenu irascible ne répond pas aux petites occasions d’aider les gens. Nous avons un aperçu de Moïse au début de son temps passé dans le désert (Exode 2:16,17) et qui suggère qu’il n’était pas de ce genre d’homme. Quand il y a eu des difficultés au puits, lorsque les filles de Madian faisaient boire leurs troupeaux, si Moïse avait été de mauvaise humeur, acariâtre, désagréable parce que le Seigneur n’avait pas semblé se tenir à ses côté en Égypte, il est probable qu’il se serait assis quelque part au loin se contentant de regarder sans rien faire pour aider ces filles en difficulté. Mais il est immédiatement allé les aider, dans un bon esprit, il a fait tout ce qu’il pouvait. Il était au sommet de son épreuve. Les petites choses indiquent l’endroit où se situe un homme.


Nous passons par des moments d’épreuve et de test sous la main de Dieu, et il est si facile d’entrer dans cet état d’esprit qui affirme en effet: «Le Seigneur ne veut pas de moi, il n’a pas besoin de moi ! » Nous laissons tout aller, nous ne nous soucions plus de rien, nous sommes écrasés sous le poids de nos épreuves et nous sommes rendus inutilisables. Je ne crois pas que le Seigneur vienne jamais à une personne comme ça pour le relever « de suite ». Élie, découragé, s’enfuit dans le désert, et  dans une grotte dans la montagne, mais il a dû arriver à quelque chose d’autre avant que l’Éternel ne puisse faire quoi que ce soit avec lui. « Que fais-tu ici, Élie? » (I Rois 19:9). Le Seigneur ne vient jamais à un homme pour lui redonner le « pouvoir » de faire  quelque chose au moment où il est dans le désespoir. «Dieu te pardonnera tout, sauf ton désespoir  » (FWH Myers, «Saint-Paul») – parce que le désespoir est la perte de la foi en Dieu, et Dieu ne peut jamais rien faire avec celui qui a perdu la foi.


Moïse a été vidé jusqu’à la dernière goutte, et pourtant il n’était pas en colère ou désagréable avec Dieu. Qu’est ce que le Seigneur était en train de faire ? Il était en train de fabriquer un prophète. Auparavant, l’homme aurait pris une fonction, il se serait servi de la fonction prophétique en l’utilisant à ses propres fins. Sans aucune relation intérieure, vitale entre l’homme et le ministère qu’il avait à remplir, ce serait deux choses distinctes, le ministère devenant l’objectif de l’homme. Au bout de quarante ans dans le désert, il est dans un état pour que tout cela devienne subjectif, quelque chose a été fait. Il a été porté à cet état qui rend l’homme digne d’être l’expression vivante de la pensée divine. Il a été vidé de ses propres pensées pour faire de la place en lui pour les pensées de Dieu, il a été vidé de sa propre force, afin que toute l’énergie utilisée dans ce ministère soit celle de Dieu.


N’est-ce pas là peut-être la signification du feu et du buisson qui ne se consumait pas ? C’est une parabole, peut-être une plus grande parabole, mais je pense que dans une application immédiate, cela disait quelque chose à Moïse. «Moïse, tu es une créature très fragile, un buisson commun du désert, un peu d’humanité ordinaire, il n’y a rien dans toute la ressource qui se trouve en toi même, mais il existe une ressource qui peut te porter sans arrêt, et tu peux être maintenu , sans être consumé, par une énergie qui n’est pas la tienne -. l’Esprit de Dieu, l’énergie de Dieu » Ce fut la grande leçon que ce prophète avait à apprendre. «Je ne peux pas! » «Très bien», dit le Seigneur, «mais je suis».

 

Une grande partie du ministère d’un grand nombre de serviteurs du Seigneur procède de ressources naturelles , et le plus souvent avec des résultats tragiques. Il en était ainsi de Paul auparavant. «Quel grand homme était naturellement Paul, quelle intelligence il avait, quelle formation, quel capacités énormes! C’est peut-être vrai, mais demandez à Paul de quelle utilité lui était tout cela quand il était directement confronté à une situation spirituelle. Il pleurait: «Qui est suffisant pour ces choses … Notre capacité vient de Dieu? » (II Cor 2:16;. 3:5). Paul a été emmené au travers d’expériences, où comme Moïse, il a désespéré de la vie. Il a dit, « Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en la nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. » (II Cor. 1:9).


UN MESSAGE Forgé par l’expérience

———————————–

Vous voyez, le principe est à l’œuvre tout le temps, que Dieu va faire que le ministère et le ministre soient identiques. On le voit dans tous les prophètes. Le Seigneur ne laisse rien passer. Il utilise toutes sortes de souffrances ou de douleurs. Il travaille, même à travers la vie domestique et les relations les plus intimes. Pensez à la tragédie de la vie domestique d’Osée. Pensez à Ézéchiel, dont le Seigneur enleva l’épouse par une mort soudaine. Le Seigneur a dit: «Lève-toi le matin, parfume-toi la face, ne prends pas le deuil des morts, ne permets pas à la tragédie d’être détectée, comme si rien ne s’était passé; va te montrer au peuple, sors vers eux avec un visage lumineux, de sorte qu’ils t’interrogent sur un tel comportement scandaleux ». Le Seigneur apporte cet immense chagrin sur le prophète et l’oblige à agir ainsi. Pourquoi? Ézéchiel était un prophète, il avait eu à incarner son message, et le message était le suivant: «Israël, l’épouse de Dieu, a été perdue pour Dieu, morte pour Dieu, et Israël ne tient pas compte de Lui, allant son chemin comme toujours, comme si rien ne s’était passé. Par sa propre expérience, le prophète doit la ramener à la maison. Dieu travaille en touchant directement le point sensible. Il travaille d’une manière profonde et terrible dans la vie de son serviteur afin de produire le ministère.


Dieu ne nous permet pas de prendre ainsi des choses et des sujets. Si nous sommes dans l’Esprit Saint, c’est Lui va faire de nous des prophètes, c’est-à-dire qu’Il va rendre prophétique une chose qui a pris place en nous, afin que ce que nous disons et faisons soit aussi la résultante de quelque chose qui s’est passé, ou qui a été fait en nous. Dieu a pendant des années agit ainsi profondément dans certaines vies, de façon étrange et terrible, sans rien laisser passer, touchant à tous les domaines ; et c’est ainsi que le vase sur lequel il agissait devenait peu à peu LE message. Les gens ne viennent pas pour entendre ce que vous avez à enseigner. Ils viennent pour voir ce que vous êtes, pour voir cette chose qui a été opérée par Dieu. Quel prix l’instrument prophétique doit payer!


Et Moïse alla dans le désert, à la ruine terrible de sa vie naturelle, sa mentalité naturelle devait être ramenée à zéro, pour que le ministère soit forgé en lui. Et Dieu a –t-il été justifiée? – Car, après tout, c’était une question de ressource pour l’avenir. Oh, la tension qui allait peser sur cette vie! Parfois, Moïse était presque cassé, parfois il craquait sous la pression. « Je ne suis pas en mesure de porter seul tout ce peuple, car il est trop lourd pour moi» (Nombres 11:14).


Quelle était sa ressource? Oh, si elle avait été la veille ressource de l’Égypte, elle ne l’aurait pas tenu debout pendant un an. Il ne supportait pas la provocation en Égypte, il dut se lever et se battre. Il s’était écroulé moralement et spirituellement sous cette petite pression quarante ans auparavant. Que ferait-il avec ces rebelles? Combien de temps  les supporterait-il ? Une pression énorme allait peser sur lui, et seule une chose profonde, quelque chose forgée à l’intérieur de lui, serait suffisante pour lui permettre de tenir ferme en prenant position à contre courant pour la sauvegarde de la pleine pensée de Dieu.


Chez nous aussi, la pression peut être terrible; souvent il viendra une très forte tentation  - «Lâches un peu, fais un peu de compromis, ne sois pas si absolu ou radical, tu obtiendras plus de portes ouvertes si tu t’élargis un peu, tu peux avoir beaucoup plus si tu te détends! Qu’est-ce qui va vous sauver en cette heure de la tentation? La seule chose, est ce que Dieu a fait en vous. Cela fait partie de votre être – pas quelque chose que vous pouvez abandonner, c’est vous, votre vie même. C’est la seule chose. Dieu savait ce qu’il faisait avec Moïse. La chose obtenue devait faire corps avec l’homme de telle sorte qu’il ne puisse y avoir de séparation possible entre les deux. L’homme était le ministère prophétique.


Il a été rejeté par ses frères, ils ne voulaient pas de lui. « Qui t’a établi chef et juge sur nous? » (Exode 2:14). C’est le côté humain de la chose. Mais il y avait le côté divin. Cela venait de Dieu qu’il aille dans le désert pendant quarante ans. Cela devait venir de Dieu. Il a pu sembler que c’était là le fait de l’homme. Mais ce n’était pas le cas. Ces deux choses vont de pair. Le rejet par ses frères était conforme au dessein souverain de Dieu. C’était le seul moyen par lequel Dieu a eu l’opportunité de reconstituer cet homme. La préparation réelle de ce prophète a eu lieu pendant le temps où ses frères l’ont répudié. Oh, la souveraineté de Dieu, la merveilleuse souveraineté de ce Dieu ! Une période sombre, un temps profond, un brisement,, temps d’écrasement; un temps d’affinement et de vidange complète. Il semble que tout y passe, que rien ne sera laissé. C’est pourtant, LA manière de Dieu de fabriquer le ministère prophétique.


UN MESSAGER DIVINEMENT ATTESTÉ

————————————

Je m’attendais à ce que Moïse, soit légaliste au début en fixant la loi – «Vous devez faire ceci et cela» – et ainsi de suite, un autocrate ou despote. Quand, après toutes ces années, nous le voyons se détacher de la roue, sortant des mains de Potier, il est dit de lui qu’il était «très patient, plus qu’aucun homme sur la face de la terre» (Nombres 12:03 ), et Dieu pouvait alors agir par lui. Il ne le pouvait pas dans les jours où il s’était levé de lui-même dans un esprit d’orgueil, d’arrogance, et d’affirmation de soi. Dieu a dû se retirer de ce ministère naturel et humain en le laissant aller à sa propre ruine jusqu’à sa conséquence inévitable. Mais quand Moïse, le plus patient,  le plus brisé, humble et désintéressé des hommes, fut contesté par d’autres dans son ministère – en un tel moment- Moïse ne s’est pas levé pour défendre sa fonction, son ministère, ses « droits », il a simplement remis le dossier au Seigneur. Son attitude était: «Nous allons permettre au Seigneur d’en décider. Je n’ai pas de position personnelle à préserver: si le Seigneur a fait de moi son prophète, qu’il le montre. Je suis prêt à quitter ce ministère s’il ne vient pas du Seigneur ». Quel esprit différent! Et le Seigneur agissait au travers de lui merveilleusement et puissamment en ces occasions, et terriblement donc pour ceux qui s’étaient opposés (Nombres 12:02 ff;.. 16:03 et suiv.)


Le ministère prophétique UNE VIE, PAS UN ENSEIGNEMENT

———————————————-

Eh bien, qu’est-ce qu’un prophète? Quelle est la fonction prophétique? C’est ceci : Dieu s’empare d’un vase (il peut être individuel ou collectif : la fonction de ministère prophétique peut se déplacer à travers un peuple, comme cela s’est fait au travers d’Israël), et Il prend ce vase et au travers d’une histoire personnelle profonde le cassant, le déconstruisant et le désillusionnant, il révolutionne toute sa mentalité, de sorte que les choses qui étaient tenues avec acharnement et dans une assurance humaine ne le soient plus. Ce qui permet le développement le plus merveilleux d’un caractère flexible, ajustable, et enseignable. Tout ce qui était purement objectif quant  à l’œuvre de Dieu, à la vérité divine, comme à l’orthodoxie ou au fondamentalisme, tout ce qui avait été tenu si fortement, d’une manière objective, légaliste, quant à ce qui est bien et mal dans des méthodes – tout cela est traité et cassé. Il y a alors l’installation d’une conception entièrement nouvelle, un nouveau regard sur les choses, non plus un système formel, quelque chose en dehors de vous que vous prenez, mais quelque chose forgée dans un chemin intérieur au sein même du vase. C’est ce processus qui fait le vase et c’est aussi ce qui façonne son ministère. Ce n’est pas ce qu’il a accepté de la doctrine, ni ce qu’il enseigne.


Oh, soyons libérés de tout ce royaume horrible de choses! C’est un royaume misérable, que celui où vous adoptez des doctrines, prenez à votre compte des interprétations, êtes connus parce que tel ou tel est dans votre ligne de pensées. Oh, Dieu délivre nous  de ces choses ! Oh, que nous soyons transportés à l’endroit où c’est une question de vie – de ce que Dieu a vraiment fait en nous, fait de nous! Il nous a d’abord pulvérisés, puis il nous a reconstruits sur un nouveau principe spirituel, et qui s’exprime dans le ministère : ce qui est dit vient de ce qui s’est passé derrière, peut-être pendant des années et même jusqu’à ce jour.


Voyez-vous la loi de la fonction prophétique? C’est que c’est par l’expérience que Dieu veut faire tenir Ses vases oints dans la vérité. Chaque parcelle de la vérité qu’ils libèrent en parole, est quelque chose qui a eu une histoire. Ils sont descendus dans les profondeurs et ont été sauvés par cette vérité. C’était leur vie et par conséquent, c’est une partie d’eux-mêmes. Telle est la nature du ministère prophétique.


UN PROPHÈTE, tolérant, mais SANS COMPROMIS

—————————————-

Pour revenir à ce que je disais à propos de la transformation de Moïse: vous pouvez voir un reflet de celui-ci dans le cas de Samuel. Je pense que Samuel est l’un des personnages les plus beaux et aimables de l’Ancien Testament, et il est appelé un prophète. Avez-vous remarqué que, bien que son propre cœur est totalement consacré aux pensées les plus hautes et les plus complètes de Dieu, et n’a intérieurement aucun compromis, il montre pourtant une merveilleuse charité envers Saül pendant les premiers mois de règne de celui-ci ? (Il ne semble pas que Saül ait cherché à démontrer un semblant de bonté au-delà d’un an de règne.) Et pourtant, vous devez vous rappeler que Saül représente la négation des choses les plus élevées -à savoir le gouvernement direct et immédiat de Dieu. Un tel gouvernement a été rejeté par Israël en faveur d’un roi – « Fais-nous un roi pour nous juger, comme toutes les nations», disaient-ils. Dieu dit à Samuel: «Ils ne t’ont pas rejeté, mais ils M’ont rejeté» (I Samuel 8:5-7).


La royauté est un principe divin autant que l’était la prophétie. Le lion est là avec l’homme. Le roi, qui représente la pensée du gouvernement de Dieu, est là. Mais avec Saül, il est à un niveau inférieur. Sa venue symbolisait l’abaissement de cette pensée divine à l’échelle du monde: «comme toutes les nations» – une pensée divine emparée par des hommes charnels, pour être rabaissée à un niveau mondain, charnel;  et Samuel le savait. Dans son cœur, il ne pouvait pas accepter cela, et il se plaignit à Dieu à ce sujet, il était contre cette chose, car il a vu ce que cela signifiait. Mais comme il était charitable, il était avec Saül aussi longtemps qu’il pouvait l’être!


Pourquoi dis-je cela? Parce qu’il s’agit d’une condition comme celle qui existe aujourd’hui. Des choses divines ont été saisies par des hommes charnellement, et ramenées à un niveau terrestre, le gouvernement direct de l’Esprit Saint a été échangé contre des comités et des commissions, etc. Les hommes ont mis en place un gouvernement humain dans les choses divines et ILS exécutent des choses pour Dieu. On connait à peine la voie du Nouveau Testament, selon laquelle la prière et le jeûne peuvent faire connaitre la pensée du Seigneur. Eh bien, ceux qui sont spirituels, qui savent, qui voient, qui comprennent, ne peuvent pas accepter cela. Mais ils sont très charitables. Un vrai prophète, comme Samuel, sera charitable le plus longtemps possible, jusqu’à ce que les mauvaises choses viennent à la lumière en prenant la forme prononcée et positive de la désobéissance. Le Seigneur vint auprès de Saül par Samuel et lui fit comprendre ce qu’il avait à faire. Il a été porté à sa connaissance avec une clarté sans équivoque ce que Dieu attendait de lui, et il fut désobéissant. Alors Samuel dit: « Plus de charité ! » Il fut implacable. «Parce que tu as rejeté la parole de l’Éternel, Il t’a rejeté comme roi» (I Samuel 15:23). Samuel est allé aussi loin qu’il le pouvait. C’est la charité.


Bien sûr, les types sont toujours faibles et imparfaits, mais vous pouvez voir la vérité là dedans. Le prophète Samuel a montré beaucoup de patience avec les choses qui n’allaient pas, alors même que dans son cœur il ne pouvait pas les accepter. Il espérait que la lumière briserait les ténèbres et que l’obéissance suivrait, ainsi la situation serait sauvée. Nous devons être très charitables envers tout ce qui nous ne partageons pas.


Le point est ceci – Moïse a dû apprendre cela, c’est ainsi qu’il a été façonné. Nous sommes mieux équipés pour servir le but que le Seigneur nous assigne, nous sommes de plus vrais prophètes, lorsque nous pouvons supporter des choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord, que lorsque dans notre zèle nous sommes iconoclastes, et ne cherchons qu’à détruire la chose incriminée. Le Seigneur dit: «Ça ne le fera pas. »


Dans tout ce que nous avons dit, nous avons insisté sur une seule chose – que le ministère prophétique est une fonction. Sa fonction est de maintenir toutes choses en relation avec la pleine pensée de Dieu – mais non pas le maintien d’une «ligne» des choses, d’une manière objective et légaliste. Vous ne prenez pas quelque chose. Vous ne pouvez le faire vraiment que si Dieu a façonné en vous cette chose pour laquelle vous allez tenir debout, et dans la mesure où cela a été révélé en vous par l’expérience, à travers le traitement subi par la main de Dieu – Dieu vous a pris au travers de cela, et c’est ainsi que vous avez appris. Ce n’est pas que vous ayez accompli quelque chose, mais plutôt que vous (le vase) avez été brisé dans le processus. Maintenant, vous êtes apte pour quelque chose dans le Seigneur.

 

Source : http://http-pg83.over-blog.net/article-le-ministere-prophetique-par-t-austin-sparks-109905912.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by lait-et-miel